• Comme aux foudres de la Justice, le patronat échappe aux promesses et ne demande des comptes qu'aux autres. Si nous avions un réel président, ce pourrait être différent.

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

     

    Jauneort bien mon ami, tu te prétends gracieux et souriant

     

    Je ne distingue que traces racornies et reliefs brûlants partout où tu te poses

     

     

     

    Fort bien mon ami, tu t'imagines chaleureux et vif-argent

     

    Je ne peux t'imaginer qu'en grasses quantités, là où tu t'alanguis

     

     

     

    Fort bien mon ami, tu crois ta chaleur indispensable à nos braises

     

    Je ne vois que redondante couverture

     

     

     

    Fort bien mon ami, tu échaufferais nos sangs de ta simple évocation

     

    Je n'espère qu'une présence moins fantomatique de ta part

     

     

     

    Fort bien mon ami, tu sentirais la franchise et la gaîté

     

    Je ne constate qu'une évidente niaiserie des objets par toi colorés

     

     

     

    J'aimerais qu'il te vienne au cœur quelque qualitatif épanouissement

     

    Une déterminée tendance à affirmer ta singularité

     

    Une aura distincte de cet astre si commun qui t'incarne

     

    Une palette étendue pour enrober les épices et fasciner les peintres

     

    Oublie la chrysalide monomaniaque

     

    Convoque la multitude des associations

     

    Que suscite inévitablement une couleur qui se respecte.

     


    1 commentaire
  • Voir MAJ - 12/11/2017 en bas de page.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

     

     

    Rosee jour où j'ai vu rouge dans la cuisine le soleil tentait d'apaiser notre différent

     

    Sur les murs le jaune clignotait comme un vieux bonze

     

    Moi je ne voyais que le rose de tes joues et j'agitais la laisse propriétaire

     

     

     

    Déjà tu étais partie, tu ne savais que courir là où il n'y aurait peut-être personne pour s'aventurer

     

    En tous cas pas moi, perclus par mes propres amers je te faisais quand même signe de loin

     

    D'une île à l'autre, il s'agit de capter les vents et de leur confier de grandes voiles pleines d'espoir

     

     

     

    Le jour où j'ai vu rouge, je n'ai pas voulu de ce rose sur tes joues pleines

     

    Tes yeux m'ignoraient, lestés de la vie des scolopendres, ceux qui fouissent jour après jour et n'arrivent jamais où doit être le ciel

     

     

     

    Tes yeux m'agitaient des sémaphores en langue inca

     

    Quand j'ai commencé à accepter le rose sur tes joues il était trop tard nous avions déjà sauté en plein hiver

     

    Et je n'ai pas choisi de couleur le jour où on a enterré ensemble les deux ailes de notre ange

     

     

     

    Rose fluo, pétard, bonbon, marchand de fleur, pourquoi faut-il qu'il y ait toujours du rose au-dessus des fondrières ?

     

    Voyez toutes ces familles et leurs roses bonheurs aux joues si pleines pour cacher l'odeur des petits meurtres communs, de générations en générations comme elles se ressemblent

     

     

     

    Bon dieu, le rose des colifichets familiaux

     

    Bébés en sautoir, jeunes filles en pudeurs et pater familias infusés dans l'alcool

     

    Voilà le rose des avenirs maquillés

     

    Bon dieu, les roses renoncements de la misère rebondie abonnée aux chamboule-tout des fêtes foraines plantées sur champ perdu en fond de province

     

     

     

     

     

    Le temps de l'amour a ses couleurs et j'en suis bien volontiers le peintre

     

    Toujours prête, ma palette de sentiments

     

    Cruel beau temps qui se termine quand nos yeux ne supportent plus la double-vue

     

    A travers sa pâleur on devine à peine nos errances, nos baisers et nos jouissances

     

     

     

    C'est la vie, comme on dit à bout de mots sur le miracle, rien à voir avec le rose.

     


    3 commentaires
  • Après le ruissellement vient la sécheresse

     MAJ - 17/10/2017 - en bas de page...

     

    Après le ruissellement vient la sécheresseuelques esprits altruistes, comme celui de l'ancien président Sarkozy, nous ont affirmé droit dans les yeux et dans leurs bottes, que la France colonisée par la richesse est une chanceuse.

     

    Comme lui, toute une classe politicien(ne)s et de médiacrates maintenus à flots par un financement massif du privé, ou emplois fictifs, ou prestations aussi royalement payées qu'inexistantes (cf l' « assistante » Pénélope), ressert dès qu'on ose médire sur les  « riches » la nouvelle théorie à la mode depuis quelques décennies maintenant. Soutenue par aucun économiste et descendue en flammes par de nombreux penseurs humanistes et de gauche, il n'empêche qu'elle est régulièrement invoquée comme alibi aux politiques libérales. C'est la théorie du ruissellement.

     

    Le cœur du message tient en quelques mots. Plus nos amis dorés verront leurs montagnes d'euros et leurs patrimoines grossir, mieux l'ensemble des français vivra. Évidemment d'origine libérale, la théorie naturalise l'idée que l'argent serait comme l'eau et descendrait vers le bas s'il s'accumule en haut. A quoi sert cette affirmation ?

     

     

     

    Elle procède d'une volonté de ramener toute la richesse produite par une population vers les riches et de saper l’État garant d'une cohésion sociale autour des valeurs essentielles. Elle a servi d'alibi à des programmes grâce auxquels des pans entiers de la politique en faveur des pauvres et des classes moyennes ont été réduits à presque rien, voire anéantis. Ainsi, aux USA un ancien ministre du peu regretté Reagan et ses reaganomics tout droit inspirés par le « ruissellement », déclara « « On a décidé que pour rendre cela politiquement acceptable, il allait falloir réduire toutes les tranches. Kemp Roth [à l'origine de la recommandation d'une baisse générale des impôts de 30 %] a toujours été un cheval de Troie destiné à permettre de baisser le taux le plus élevé ».

     

     

     

    Macron semble bel et bien baser sur cette théorie ses lois imposées discrétionnairement pour supprimer l'ISF, libérer le travail des protections légales allouées aux salariés et trancher à la hache dans les dépenses sociales, d'une manière générale. Lesquelles lois amplifie le mouvement déjà donné par le précédent squatteur élyséen et son CICE. dont on attend toujours les résultats.

     

    Nous avons donc, depuis dix ans au moins, une ligne générale économicopolitique du pays appliquant une théorie sans aucune scientificité et qui légitime toutes les entorses aux lois sociales et aux valeurs définissant la République.

     

    Ce, au prétexte que ce sont les riches qui vont consommer encore plus alors qu'ils ne sont qu'une poignée déjà complètement gavée et toujours disposée à investir son argent dans des paradis fiscaux ou en Bourse.

     

     

     

    Le résultat est bien sûr aveuglant, sauf pour Macron et ses mercenaires, la plupart en liens incestueux avec les entreprises du CAC les plus puissantes. Le pays en est durablement fracturé avec d'un côté une coterie d'extra-terrestre qui fête en permanence la crise due aux effets structurels et matériels de la politique qu'ils mènent, de l'autre 90% des français qui sombrent dans la pauvreté plus ou moins rapidement.

     

    La confrontation de l'état réel du pays par rapport aux gains des fortunés suffit, in fine, pour saisir les ravages de ce ruissellement fantôme, qui relève encore une fois de la recherche d'impunité par le groupuscule prédateur.

     

     

     

    Source : INSEE – France, portrait social 2016 – INSEE Références -

     

    4.2 Pauvreté

    E n 2014, 8,8 millions de personnes vivent

    en dessous du seuil de pauvreté monétaire,

    fixé à 60 % du niveau de vie médian. Ce seuil

    s’établit à cette date à 1 008 euros par mois. Le

    taux de pauvreté s’élève ainsi à 14,1 % de la

    population, quasiment inchangé par rapport à

    2013 (14,0 %).

    La moitié des personnes pauvres ont un

    niveau de vie inférieur à 805 euros mensuels.

    À titre de comparaison, le socle du revenu de

    solidarité active (RSA) pour une personne seule

    s’élève à 499 euros au 1er janvier 2014 puis

    509 euros au 1er septembre, et l’allocation de

    solidarité pour personnes âgées (ASPA) est de

    792 euros (au 1er avril 2014), sachant que d’au-

    tres prestations complètent souvent le revenu

    disponible des allocataires de ces minima

    sociaux. En 2014, l’indicateur d’intensité de la

    pauvreté progresse très légèrement, passant de

    19,8 % en 2013 à 20,1 %, après s’être forte-

    ment replié en 2013 (– 1,5 point).

    Parmi les actifs, 10,7 % sont en situation de

    pauvreté monétaire : 36,6 % des chômeurs

    sont dans cette situation contre 7,7 % des

    personnes en emploi. En 2014, le niveau de

    vie médian des chômeurs augmente de 0,4 %

    en euros constants et leur taux de pauvreté

    diminue de 0,7 point. Cette légère hausse du

    niveau de vie des chômeurs est due à l’aug-

    mentation de la part des chômeurs indemnisés

    (+ 2,6 points), et à la progression du montant

    moyen d’allocation (+ 0,9 % sur un an en

    euros constants). En 2014, les personnes au

    chômage sont plus âgées en moyenne que

    celles de 2013. Elles ont en particulier

    davantage cotisé avant d’entrer au chômage et

    étaient mieux rémunérées quand elles étaient

    en emploi. En 2014, ce sont les retraités qui

    ont le taux de pauvreté le plus bas (7,6 %) ;

    leur taux de pauvreté poursuit sa baisse

    débutée en 2011. Pour les autres inactifs, dont

    les étudiants, le taux de pauvreté est beaucoup

    plus élevé : 31,1 %, en hausse de 1 point par

    rapport à 2013. Enfin, les enfants sont aussi

    fortement touchés par la pauvreté : en 2014,

    un enfant de moins de 18 ans sur cinq vit au

    sein d’une famille pauvre.

     

     

    Source : Challenges Classement des fortunes de France 2017 – les secrets d'une hausse sans précédent

     

    « La progression de la richesse des 500 fortunes de France en 2017 est essentiellement due à la part de l’activité qui est réalisée hors de nos frontières »...

     

    « " Des riches toujours plus riches !" fulminait Jean-Luc Mélenchon...[il] n'avait pas tort: cette année, la fortune professionnelle des 500 premiers Riches Français a fait un bond de 30% en passant en un an de 100 à 130 millions d'euros...dans le classement des 10 premiers, c'est encore plus net: leur fortune a progressé de 35% et même de 50% pour... Bernard Arnault »...

     

    « Depuis 1996, la fortune totale des 500 Riches français est passée de 80 à 570, une multiplication par 7 »..  « Le Pib, lui, a à peine doublé »

    Le top-10 des Fortunes de France en 2017

     

    « … (Le] top-10 a globalement progressé de 35% en un an. Et depuis 1996, le patrimoine des dix premiers a été multiplié par douze. Celui de Serge Dassault a même été multiplié par 20, celui de Bernard Arnault et de la famille Hermès par 17... »

     

    Le patrimoine des 10 plus grandes fortunes a explosé en 20 ans

     

    « La fortune cumulée du top 10...est ainsi passée de 22,9 milliards d'euros à 240,8 milliards d'euros entre 1997 et 2017. »

     

    Ce qui n'empêche pas l'auteur d'un des articles consacrés à l'enrichissement inouï de cette minuscule caste, de déclarer : « La richesse ne nous passionne pas en tant que telle, sinon par sa création, indicateur de réussite, et facteur de prospérité. »

     

     

     

     

     

    Il apparaît donc plus que jamais urgent d'enrichir les riches pour que les eaux ruissellent jusqu'à leurs sources...

     

    MAJ

    Quelques sondages, malgré leurs marges d'erreur, et la limite de crédibilité tenant à l'opacité des panels et des méthodes d'analyse. Elles auraient depuis longtemps être rendues publiques par la Commission des sondages, mais cet organisme public semble fonctionner pour légitimer la liberté du Marché.

    Et pourtant cette ouverture favoriserait amènerait les sondeurs et leur travaux à être des plus fiables, ne serait-ce que par la peur du gendarme.

     

    Un sondage Odoxa dont la question n'est pas, pour une fois, entachée de "biais" qui favoriserait une réponse plutôt qu'une autre. Il donne le sentiment d'un panel de français sur la "redistribution" que provoquera la politique du ruissellement macronnienne, bien avant la calamiteuse prestation du squatteur élysée sur la chaîne de Bouygues. Sondage réalisé les 27 et 28 septembre 2017.

     

    Du ruissellement à la sécheresse

     

    Sondage IFOP du 6 au 10 octobre 2017

     

    Du ruissellement à la sécheresse

     

    Sondage Harris-Interactive - 16/10/2017

     

    Du ruissellement à la sécheresse


    votre commentaire
  •  

     

    Bleu'incandescence originelle est bleue

     

    Imaginer le point de fusion qu'il faut outrepasser pour oser faire naître un univers

     

    Gaz et poussières en bandoulière, il est bleu tendre des espoirs qu'il porte

     

    Bleu humain explosant les confins

     

     

     

    Vrai cosmonaute de l'avenir, bleu étreint les limites

     

    Éternellement fonce vers les barrières pour les pulvériser

     

    La fin de l'expansion du rêve, jamais il ne pensera l'atteindre

     

    J'aime cette idée d'un réservoir bleu submergeant les abîmes glacés

     

     

     

    Aux feuilles rouillées immobiles sur la mousse des bois, rêvant de forêts printanières

     

    Aux traces des commencements dans l'espace d'une peau

     

    Je laisse ma langue venir et revenir

     

    Poser à l'infini des notes bleues.

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires