•  

     

     

    Tanquéans l'âme des mots, danse-t-il, le divin ?

     

    Aujourd'hui j'écoute au vent des rues

     

    Ni dieu, ni diable ne brûlent mes oreilles

     

    Des mots, des mots, des mots de rien

     

    Pas une patte, pas deux, pas trois pattes au moindre canard errant

     

    L'image, le fil, la métaphore, l'angle et la vue, rien ne s'ouvre

     

    Sec, je suis, sec je reste

     

    Traîne sur des mots épuisés, dindon ding-dong

     

    Cagne, lâche-moi, je vais te le faire cet enfant

     

    De papier.

     


    votre commentaire
  •  

    Sur la configuration binaire du monde orchestrée par les JT et la presse qui a repris de plus en plus leur constructions simples, leurs formules-chocs, et leur info éclatée, en permanence dépassée.

     

     

    Lire la suite...


    1 commentaire
  •  

    18h30, l'hyper est bondé. Loïc fait la queue...

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

     

    Sur les créations photographiques de Tiziana Annesi, mon imagination s'est facilement déployée. Sans doute parce que les images proposées n'offrent pas un choix esthétique strict, un jugement bien arrêté. Il y a du "jeu" dans les cadrages, peut-être cette fameuse neutralité incarnée par l'écriture "blanche" - T.A. est journaliste. Explication qui n'engage que  moi.

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

     

    Vices de forme'espace-temps d'une rose s'étend de l'infini à la main qui la cueille

     

    Combien d'espaces-temps défileront avant qu'on ne me cueille ?

     



     

    La mesure de la beauté ne correspond à aucune mesure

     

    Quelque chose en moi reconnaît ce qu'il ignore

     



     

    Le butin des mots tient dans une main vide

     

    A l'orée des phrases s'élève un mirage parfaitement réel

     



     

    Si l'homme a trouvé dans le sexe sa pierre de Rosette

     

    Pourquoi personne n'a pressenti l'ultime gerbe des Kalachnikovs ?

     



     

    Si la poésie supportait d'avoir un nom elle s'appellerait humanité

     

    Elle appartient à chacun et personne ne la possède.

     



     


    1 commentaire
  •  

     

    Texte qui s'inspire largement les thèses d'A. Baricco sur la transformation de la culture. Comme une illustration localisée du phénomène avec, peut-être, quelques ressorts psychologiques plus en avant.

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires