•  

    D comme Déconfinement. Le confinement a laissé ses stigmates. Nos esprits meurtris font le deuil d'un avenir garanti. Le journal poétique en prend acte.

    Forme tercet, pour quelques temps. Périodicité : toutes les quarante-huit heures.

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    D comme Déconfinement. Le confinement a laissé des stigmates. Nos esprits sont en attente de l'année dernière, comme l'écrivait P.K Dick, en attente d'un avenir garanti, qui n'est plus. Le journal poétique en prend acte.

    Forme tercet, pour quelques temps. Périodicité : toutes les quarante-huit heures.

     

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

    D comme déconfinement. L'avenir s'écrit en nos esprits avant de nous laisser patauger.  Ecrits courts, entre aphorisme et poésie. Périodicité : toutes les quarante-huit heures.

     

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

    D comme déconfinement. L'avenir écarte déjà le rideau. Quelque chose comme un engourdissement le fait glisser de mes doigts, comme s'il était inconsistant, ou mes doigts meurtris. Ecrits courts, dans un registre entre aphorisme et poésie. Périodicité : toutes les quarante-huit heures.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    L'avenir écarte déjà le rideau. Quelque chose comme un engourdissement le fait glisser de mes doigts. D comme déconfinement, donc. Ecrits courts, dans un registre entre aphorisme et poésie. Périodicité : toutes les quarante-huit heures.

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    L'avenir écarte déjà le rideau. Quelque chose comme un engourdissement le fait glisser de mes doigts. Cet entre-deux presque eschatologique, me pousse à écrire. D comme déconfinement, donc. Ecrits courts, sans autre contrainte particulière, dans un registre entre aphorisme et poésie. Périodicité : toutes les quarante-huit heures.

    Lire la suite...


    votre commentaire