•  

    Arnaud Beltrame, colonel de gendarmerie s'est proposé pour remplacer la dernière otage retenue par un membre proclamé de l'OEI, à Trèbes, et il est mort. A partir de cet acte d'un homme courageux, les médias organisent la sanctification et de la victime et de la Police, avec une mécanique de meute et d'oraison obsessionnelle. Stéphane Poussier, membre de la France Insoumise, ose quelques tweets insolents sur A. Beltrame et le voilà, dans les heures qui suivent, convoqué par la Police, bientôt inculpé d'"apologie du terrorisme" et virtuellement renié par la formation politique qui le soutenait, la France Insoumise.

     

    Que penser de ce nouvel unanimisme, de cette désignation forcée des objets d'adoration ou de détestation pour l'opinion publique, alors que la France est censée combattre le fanatisme religieux ? Que signifie cette mise en lambeaux de la vie, la réputation d'un homme, et de sa ruine orchestrée par une accusation de soutien au terrorisme pour un écrit, si malsonnant soit-il ?...

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La bibliothèque "troisième lieu" s'est étendue avec un étonnant consensus, à partir d'éruptions laudatives comme celle de Mathilde Servet en 2010. Le troisième lieu est une voie obligée, semble-t-il, au point qu'un doctorant, en 2017, qualifie sans problème, lui aussi, les bibliothèques pour la mutation troisième lieu.

    Ce consensus qui ne fait pas question, est-il interrogeable, c'est un peu le sujet de ce deuxième article...

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Sur la progressive marginalisation à l’œuvre du livre, dans l'espace de ma bibliothèque, sommée de devenir le vecteur d'une offre culturelle perpétuellement renouvelée et diversifiée, pour favoriser avant tout l'échange, le lien social...

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Nouvelle incarnation, dans la série "objets"...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

     

    Un certain vocabulaire, une présence de la République humaine, vivante reliée à nos souffrances et notre histoire, a disparu de la parole publique. La langue se fige, se standardise, s'utilise. Elle prend un contour technologique qui n'est finalement que l'incarnation brillante et tentante du Marché.

     

     

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

     

    Après avoir lu l'admirable Zéro K de Don DeLillo, je voulais en dire quelques mots, mais je ne savais comment saluer l'impression de profonde unité entre la langue de l'auteur, le récit et les problèmes fondamentaux qui sous-tendent ce roman.

     

    M'est venue l'idée de prendre une page au hasard, en faisant le pari que comme les fractales, une seule page refléterait l'ensemble du livre.

     

    Lire la suite...


    2 commentaires