•  

    Nouvelle incarnation, dans la série "objets"...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

     

    Un certain vocabulaire, une présence de la République humaine, vivante reliée à nos souffrances et notre histoire, a disparu de la parole publique. La langue se fige, se standardise, s'utilise. Elle prend un contour technologique qui n'est finalement que l'incarnation brillante et tentante du Marché.

     

     

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

     

    Après avoir lu l'admirable Zéro K de Don DeLillo, je voulais en dire quelques mots, mais je ne savais comment saluer l'impression de profonde unité entre la langue de l'auteur, le récit et les problèmes fondamentaux qui sous-tendent ce roman.

     

    M'est venue l'idée de prendre une page au hasard, en faisant le pari que comme les fractales, une seule page refléterait l'ensemble du livre.

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

     

     

    Au bleu du cielar tous mes rêves envolés parlent de l'espace

     

    Hier comme demain, je lève les yeux au ciel azuré

     

    Un espoir si grand qu'il me soulève le corps

     

    Je vole et fend la clarté bleutée

     

    Mon regard traverse en douceur l'espace

     

    Mon chemin, ma destination

     

     

     

    Grésille en moi l'alternatif céruléen

     

    Il m'emporte vers ses terres sans limite autre que la nuit

     

    Je suis en bas, si petit et si cloué, je m'envole si haut

     

    Au bout de mes bras tendus, mes doigts suivent la lumière

     

     

     

    Descendre les marches inversées du ciel, monter vers l'épiphanie

     

    Car tout sera égal devant la paix qui règne là-haut

     

    Dissous, je serai plus vivant, loin des monades éperdues

     

    Le mystère de l'existence, l'indicible grâce de la beauté, je les sentirai

     

    Je serai un et tout, ineffable, enfoui, enlacé

     

    Pourtant unique et présent

     

     

     

    Je serai la Terre et le Ciel

     

    Je serai la magie et celui qui la conte.

     


    votre commentaire
  •  

    Trop d'institutions, trop de personnalités, trop de signaux pour qu'il n'y ait pas un feu quelque part à l'origine de la fumée qui nous apporte une ardente nouvelle. Les extra-terrestres vont bientôt nous rencontrer véritablement, même si certains disent qu'ils seraient déjà ici, en maraude, en affaires, mi-gangsters, mi-touristes.
    La rencontre officielle sera de tout autre nature, valeur, que ces pauvres chimères issues de cervelles aussi arides que cupides. C'est l'altérité que nous allons rencontrer. Le plus grand défi qui se pose là n'est sans doute pas l’Étranger.

     

     

    Lire la suite...


    7 commentaires
  •  

     

     

     

    Comme s'il existait une cléans l'ordre du monde présent, s'enveloppent les hommes comme les monuments

     

    De couches fallacieuses on couvre la buée des souffles sanguinolents

     

    La vie, elle se faufile en tortillant des hanches, affamée de chair nouvelle

     

    La vie, une fois repue, elle file en catimini rejoindre Sablier son compère

     

     

     

    Dans les palaces du monde présent, s’esclaffent les maudits, inaugurant de nouvelles pensées d'airain

     

    Leur éteignoir permanent occulte la bave, le fiel et l'ordure

     

    La mort, elle se pavane en discrets filigranes sur les parchemins gonflant dans leurs mains

     

    La mort, elle sait appuyer là où ils sécrètent ruine et chaos

     

     

     

    Renverser l'ordre des choses vers les gens, moi je ne demande pas

     

    Mieux c'est d'accord, mais comment trouver le pourquoi initial du moins ?

     

    Entre les volutes de quelques chants, soudaine lévitation fait croire

     

    Entre les mots inspirés on pourrait déployer quelques ailes inédites

     

     

     

    Toi comme moi, retombes sur le sol ténébreux sans lunette de vision partagée

     

    Je cherche toi qui recherche son moi parmi tous ceux qui ne veulent pas de nous

     

    Pendant que la sphère des désirs engrosse les limbes faute de terre où vraiment s'imbriquer

     

    Pendant que cette mort redoutée demeure l'intangible témoignage de notre existence commune.

     


    votre commentaire