• Lucioles sous la pluie

     

    Nouvelle. Sur fond de changement climatique, l'humanité cherche des moyens de survivre. Où le héros traque ses repas au fond des hypers noyés, sans cesser de rêver à un avenir moins sombre devant de mystérieuses lumières.

     

     

     Lucioles sous la pluie

    Lucioles sous la pluie'Ampoule publie dans son numéro 22, sur le thème "Trésors et trouvailles", une de mes nouvelles, Lucioles sous la pluie. Un récit anticipant les dégâts climatiques promis à la planète. Une histoire de lueurs mystérieuses, d'hypers et d'amours noyés.

     

     

    La journée d'hier n'a été que pluie. Un moment d'accalmie vers dix-huit heures et les gros bataillons de la grisaille ont repris le ciel pour ne plus le lâcher. Personne n'avait même levé la tête.

     

    Nos souvenirs de grand soleil sont délavés. Ce soir, des lames froides tombent toujours sur les plastiques tendus devant les fenêtres disparues, des lames qui ne cesseront qu'au déluge dernier. La pluie de feu promise pour l’Apocalypse serait une véritable délivrance. A vingt-cinq ans, j'ai du mal à imaginer l'éclat et la chaleur de l'astre solaire. La dernière pluie qui m'emportera sera quelque chose comme un aboutissement. Ça doit bien faire trois ans qu'il s'est éteint.

     

    Maman va plus mal, son abcès suppure, elle faiblit de jour en jour. Il faudrait des pansements secs. Mon soleil à moi, tu ne vas pas partir et me laisser seul.. ? Sans papa, puis sans toi, non. Je vais trouver ce qu'il te faut. Tu auras tes médicaments et une boite étanche de pansements, je le jure. Du fond de son lit elle me regarde, et je la vois s'enfoncer. Les os de son visage ressortent de plus en plus. Je résiste à l'envie de me frotter les yeux..

     

    Quand elle est tombée sur cette bêche rouillée, le jour de notre arrivée dans le village, j'ai eu un mauvais pressentiment. Une espèce de débilitante prescience, comme ces chamans qui prolifèrent maintenant que le monde n'a plus d'avenir. Si j'en étais vraiment un, je ne serais sans doute pas venu ici et personne n'aurait suivi le plongeur, pas même maman.

     

    Je ne suis rien, je n'ai plus rien ou presque ; juste un réfugié comme soixante pour cent de la planète. Un réfugié qui n'en finit pas de grimper, là-haut vers la clairière, l'immense clairière sèche et lumineuse. Dans un monde de soleil... la suite (p.83)

     


  • Commentaires

    1
    2e Soir
    Jeudi 16 Mars à 17:54

    Râââh "Ca envoie" bien.  Et après? Quelle frustration d'arriver à la fin alors qu'une imperceptible lueur d'espoir effleure le chaos. Une suite est-elle envisagée ou existante?

    J'ai beaucoup apprécié également la facétieuse nouvelle "Coupez" de la revue ''L'Ampoule". Envisagez-vous d'éditer en pdf, par exemple, ici ou sur votre FB, les 5 autres nouvelles parues afin que nous puissions en profitions directement. et mieux vous connaître?

    Leurs univers multiformes aimantent et embarquent facilement. A l'image de certains auteurs japonais vous avez le don d'étirer le temps, d'intemporaliser l'action, de la décupler en pulsions et ressentis. On arrive au bout essoufflé d'avoir vécu tant d'intensités.

    Cordialement.

     

      • Jeudi 16 Mars à 20:12

        Pas de suite prévue pour "Lucioles...". Si je la faisais, ça m'emmènerait à construire une sorte de monde dérivant de la nouvelle initiale, avec plusieurs autres nouvelles. Mais je suis, actuellement, dans la suite d'un roman que j'ai écrit il y une dizaine d'années, assez différent tant pour le récit que pour le style.

        Relancer les nouvelles déjà parues dans l'Ampoule, ou ailleurs, ça serait une idée, faudra que j'y réfléchisse. Pour le moment un peu débordé, entre le blog et mes travaux romanesques sur la suite dont je parlais. En plus, parution d"un roman, très bientôt si tout va bien, domaine littérature générale, que je dois penser à populariser pour aider mon éditeur qui n'a pas lles moyens promotionnels d'un grand....

        Merci, c'est bien vu l'analyse de la temporalité étirée sur le ressenti.yes C'est entre autre ce que je cherche, donner une dimension affective, humaine aux récits "SF" qui sont d'ordinaire plutôt des aventures...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :