• Essence

     

    A la force de ses machines, l'homme est parvenu à se faire sa petite niche à lui dans les immenses ères géologiques. A peine installé, il fait tant de bruit et bouscule tout avec tant de fureur qu'il va s'effacer bientôt lui-même de l'Anthropocène.

     

    Inventaire poétique de ce qui va disparaître juste avant lui...Aujourd'hui, l'essence. 

     

    22 poèmes pour une Anthropocène étalée sur 220 années, ou à peu près.

     

     

     Essence

    oncentré de roches pulvérisés dans l'extase irrépressible du Temps

     

    pierre liquide au parfum étranger

     

    humeur de la Terre violentée pour les êtes sans durée

     

    condamnée à enflammer de microscopiques dévolutions

     

     

    à la pompe ils ingèrent l'âcre hostie

     

    au temps des étoiles et des montagnes ils aspirent

     

    mobilis in mobile croient-ils bouches ouvertes et yeux clos

     

     

    il faut parler au  passé des hommes pressés

     

    quelque balance inéluctable a remisé les bolides

     

    quelque balance limbique oscille entre suicide et involution

     

    l'essence du monde déjà s'évanouit dans les tuyauteries sacrées

     

    les cathédrales de la vitesse tendent leurs tuyaux en vain

     

     

    bientôt le sol bientôt les entrailles

     

    les moteurs à nu ne trembleront plus

     

    finie la pompe antropo

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :