• Cassoulet

     

    A la force de ses machines, l'homme est parvenu à se faire sa petite niche à lui dans les immenses ères géologiques. A peine installé, il fait tant de bruit et bouscule tout avec tant de fureur qu'il va s'effacer bientôt lui-même de l'Anthropocène.

     

    Inventaire poétique de ce qui va disparaître juste avant lui...Aujourd'hui,le cassoulet.

     

    22 poèmes pour une Anthropocène étalé sur 220 années, ou à peu près.

     

     

     

    Cassouletes lingots baigneurs glougloutent sur tempo gazeux 

     

    Linas le défroqué l'aurait avoué sous la menace d'exil parigot

     

    la recette du cassoulet toulousain est planquée dans une vieille ferme en orbite avinée

     

    la tendre humeur des saucisses pétille sous le coup de langue a crié Linas avant de claboter

     

    baï ten cagat a la bigno et porto me la claou lumineuse introduction à la recette originelle du célèbre haut-parleur exilé en capitales

     

    l'abbé Nougaro a composé sa gnose en étirant le vers sous la courbure du vent d'ouest

     

    soufflant dans les têtes des cuistots commis au service divin dans leurs cellules monacales

     

    du cassoulet comment saliver sur la recette initiale désormais perdue du toulousain oublié

     

    oublié comme la couenne mon Dieu que la langue te fonde

     

    oublié comme le temps de l'alchimiste sévère sur la sauce qui te ramènera la tête là-bas tout près de la sanquette à l'heure de l'apéro

     

    les bouses et la rosée brûlante de fraicheur sous le doigt aux barbelés du matin

     

    du toulousain oublié comment diraton la recette perdue au fond du lit de la chambre 47 du motel Ibis sur la route de Montauban, là où les montagnes ont tellement de ventre qu'elle ne voient plus leur sommet

     

    d'ailleurs la cuillère est-elle remontée du fond de la terrine là où entend les saucisses jouir en soupirant 'culé va et la cuillère passe et repasse et nappe et plonge et passe repasse 'culé va

     

    perdu le toulousain oublié au fond de la recette du faitout cherche la sortie des quarantièmes salivaires empéguées

     

     

     

     

    cherche à dire cassoulet sans l'aide d'aucun abbé pour foi hérétique

     

    juste rappeler à la pluie soufrée que sans dieu sans pureté sans cassoulet désormais je persiste

     

    pluie pluie pluie pluie

     

    je me souviens de ces temps de pets sacrés et je pleure

     

     

     


  • Commentaires

    1
    pierre Bacchelli
    Vendredi 26 Février à 09:33

    très bien écrit  , ,je ne sais pas s'il existait au temps des Cathares , Mais je pense que des soutanes inquisitrices auraient eu du vent dans la soutane et des relents jusque dans la tiare!!!!!!!Amitiés

    2
    Vendredi 26 Février à 09:42

    Ma mère devait savoir ça, qui portait les Cathares en très haute estime. Mais je n'ai pas  pensé à lui demander... Quelque part, il résistaient, à l'air du temps, à la religion imposée et aux méthodes inquisitrices. C'est peut-être ce fil que j'ai rénoué, et que tu as très bien senti, Pierre... yes

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :