• Au large

     

     

    Au largeoéland, la mer vole avec toi dans la ville,

     

    laisse le goudron et les hommes enclavés

     

    plane au-dessus des raisons et déraisons

     

    je peux voler moi aussi

     

     

     

    je sortirai mes ailes

     

    j'ai encore du duvet

     

    souffle, regarde, il est tout blanc

     

    alors nous danserons entre les nuages

     

     

     

    goéland, les toits balancent

     

    ivres d'envie d'ouvrir les demeures

     

    fini les murs, fini les îles

     

    coulent les barrières au travers du ciel

     

     

     

    j'irai avec toi au pays où les hommes dansent avec l'avenir

     

    les casques et les lances s'effritent au contact du vent

     

    fini cet étrange fantôme qui vient chaque matin aspirer la vie

     

    sans boussole, nous perdrons ce pensant incube.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :