• Vivant

    Quand tout sera perdu, vous accueillerez la vie.

     

     

    Vivantne mécanique mélancolique
    Un projet sans but
    Un bouquet sans vase
    Un reflet dans la nuit

     

    Dites-vous ?

     

    Et rimes comptées, sueur essuyée
    Et phrases soigneusement insensées
    Et petits mots enfin déséquilibrés
    Et présent, passé, futur insolemment attelés

     

    Illusion ?

     

    Un temps pour le champ clos derrière les paupières
    Un temps pour fouiller la vase au fond de soi
    Un temps pour accepter l'ombre autour de la joie
    Un temps pour aimer sans retour

     

    Faiblesse ?

     

    Prenez vos moqueries et nettoyez la rouille
    Prenez vos guerres et épongez le sang
    Prenez vos plans et évitez l’abîme
    Prenez mes mots et pleurez.

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 21 Juillet 2014 à 22:47

    Ce texte me touche beaucoup; la fin est terriblement abrupte, vraie. Merci pour vos mots.

    2
    Mardi 22 Juillet 2014 à 08:43

    Merci , Cécile-Natacha.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :