• Vertige occidental

     

     

    Vertige occidentalientôt la guerre, demain la guerre, elle arrive la guerre

     

    Partir ou mourir

     

    Sais-tu ce qu'il en coûte au temps de couler impassible ?

     

    Sais-tu qu'au bord de la nuit tu ne devrais pas tourner le dos ?

     

     

     

    Oh tu es bon, si bon

     

    Oh bien sûr tu es fort, si fort

     

    Le passé tu l'écoutes poliment

     

    Le présent tu le tailles à ta mesure

     

    L'avenir, eh bien, tu le ramènes à toi

     

     

     

    Bientôt la guerre, demain la guerre

     

    Lâcher ou subir

     

    Sais-tu que la couleur de l'insouciance est toujours fanée ?

     

    Sais-tu que la fin de la guerre n'enfante jamais la paix ?

     

     

     

    Oh, il faut bien aller dans ce sens, dis-tu en fermant les yeux

     

    Oh, tu chantes si bien et le sol gémit sous tes pas

     

    L'amour tu n'oublies jamais qu'on te le doit

     

    La domination tu la goûtes à petites gorgées

     

    La violence tu n'y vois qu'un mal qui t'es nécessaire

     

     

     

    Tes paroles éternelles ne dissonent jamais dans le silence obligé

     

    Tu célèbres le mérite et t'absous sans vergogne

     

    Tu reconnais la grâce des idées qui te ressemblent

     

    Tu entames le cœur du monde et vomis ses prédateurs

     

     

     

    Tu es blanc au naturel

     

    Tu es rouge au bord du crépuscule

     

    Elle arrive.

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :