•  

     

    Au largeoéland, la mer vole avec toi dans la ville,

     

    laisse le goudron et les hommes enclavés

     

    plane au-dessus des raisons et déraisons

     

    je peux voler moi aussi

     

     

     

    je sortirai mes ailes

     

    j'ai encore du duvet

     

    souffle, regarde, il est tout blanc

     

    alors nous danserons entre les nuages

     

     

     

    goéland, les toits balancent

     

    ivres d'envie d'ouvrir les demeures

     

    fini les murs, fini les îles

     

    coulent les barrières au travers du ciel

     

     

     

    j'irai avec toi au pays où les hommes dansent avec l'avenir

     

    les casques et les lances s'effritent au contact du vent

     

    fini cet étrange fantôme qui vient chaque matin aspirer la vie

     

    sans boussole, nous perdrons ce pensant incube.

     


    votre commentaire
  •  

    Des mots, des expressions, à force d'usage se retrouvent usés. On les qualifieraient de mythiques, si le qualificatif lui-même n'était pas rongé à force d'être employé par n'importe quel animateur de camping. Alors on les voit insensiblement disparaître des propos, des discours, avec leurs bagages de représentations d'une réalité qui s'évanouit peu à peu.

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    La poésie n'est pas un message; quelque chose entre le cri et le soupir. Mais ce qu'elle pointe, au plus profond de l'humain, a à voir avec sa vie, voire sa survie comme être singulier, membre d'une espèce particulière.

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Calqués sur l'évolution des marques, nous avons détruit notre passé à une telle vitesse que nous nous attaquons désormais à notre propre présent, et si vite que nous sommes déjà sur les talons du futur. Une fois le futur achevé, le présent avalé et le passé évacué, comment sera cette immense liberté débarrassée du temps ?...

     

     

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Pour donner forme intelligible aux navires écorchés cinglant au fond de notre esprit, nous avons par bonheur des ambassadeurs nombreux, souples et disponibles : les mots.

     

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  •  

    Au départ, je projetais une nouvelle de SF, classiquement orientée techno. Le personnage, la situation ont vécu leur vie pour dériver vers une SF qui lorgne sur la dimension humaine, au travers du décor futuriste, comme le tentait dans "Le géant noyé ", et autres, un maître malheureusement disparu, J.G. Ballard. Toutes proportions gardées...

     

     

     

    Lire la suite...


    1 commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires