• Poêtre

     

    Poêtrees cachous et des vaches

    peut-être d'une rime attardée

    le poème, quelques mots retirés du néant

    tout juste un soupir prolongé

    elles soupirent, les vaches quand les trains s'en sont allés

    d'ailleurs, les trains eux-mêmes...

     

    il faudrait un scanner excessivement puissant

    une machine aux confins de la magie

    sonder les abysses, n'y pensez pas

    sinon vous êtes bons pour faire de la poésie

    de la poésie pour fronton officiel

    de l'écriture à taguer académique dessus

     

    au fond des poèmes éperdus

    un grand secret

    ni ne se montre, ni ne cherche même la lumière

    une danse sans pas

    un sourire sans dents

    un poème fatalement silencieux.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :