• Marché

     

    Hier, dans la nuit, mon blog a reçu sa deux cent trente millième visite. Que celles et ceux qui ont pris la peine (et j'espère le plaisir) de venir lire mes textes, en ligne depuis avril 2014, en soient remerciés.

     

    Cette nouvelle série creuse dans les mythes. Oh, je vois les inquisiteurs sortir leur petit Barthes. Alors, pour vous, la poésie c’est de la critique littéraire dans une poêle sociologisante ?

    Peut-être pas, peut-être que j’ai une vie et des millions d’années dégainées de mon cortex. Et peut-être faut-il écrire courbe pour faire des arcs-en-ciel en belle terre.

     

    Mythe : Récit relatant des faits imaginaires non consignés par l'histoire… Expression allégorique d'une idée abstraite… Évocation légendaire… Représentation traditionnelle, idéalisée… Construction de l'esprit, fruit de l'imagination, n'ayant aucun lien avec la réalité… manifestation sociale spontanée ou manipulation d'ordre
    politique ou commercial...

     

     

     

    Marchéur les terres du Marché rode l’intrus

     

    la machine argentée cliquette de toutes ses pièces

     

    la course réglée des échanges dérive 

     

    rode l’intrus aux abords des coffres inviolés

     

     

     

    sur les terres marchandes guette l’intrus

     

    les électroniques bouliers égrènent en désordre

     

    les coffres laissent fuir quelques liasses

     

    débusque l’intrus les fortunes clandestines 

     

     

     

    sur les terres du Marché l’intrus fore

     

    les horloges boursières décomptent des avenirs effrayants

     

    les chamans monétaires implorent le taureau en vain

     

    ricane l’intrus au surplomb des espaces discrédités

     

     

     

    sur les terres du Marché l’intrus menace

     

    les calculs sanctifiés s’étirent en vain jusqu’aux cieux

     

    les dépossédés brisent les miroirs courtisans

     

    triomphe l’intrus au cœur des terres expurgées

     

     

     

    l’intrus en son royaume glisse de visage en visage

     

    chacun sait son nom maintenant

     

    chacun peut ouvrir l’invisible porte

     

    vers les terres où l’intrus est enfin revenu

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :