• Exil

     

     

     

    Exil'exil ne commence pas le jour du départ

     

    Le jour où les pendules se grippent au seuil d'un temps inconnu

     

    Vêtu de pluie et vents glacés, plus tard il viendra

     

    Quelques frissons le chasseront un moment

     

    Il reviendra toujours plus fort appuyer sur la porte

     

     

     

    Sa main est délicate, sa figure familière

     

    Quand il entre enfin, je sais qu'il va s'asseoir

     

    A petits gestes de rien, il s'installe

     

    Prend toute la place

     

     

     

    Quand il aura décoloré les murs

     

    Éteint les lumières

     

    Et ranimé la vieille horloge

     

     

     

    Je parlerai au silence et aux ombres

     

    J'invoquerai les feuilles mortes

     

    J'applaudirai des scènes disparues

     

     

     

    Alors, il aura gagné mes larmes

     

    Alors, je ne saurai ou aller, ou revenir

     

    Il s'esquivera à ce moment, bien sûr.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :