• Dodo

     

    A la force de ses machines, l'homme est parvenu à se faire sa niche à lui dans les immenses ères géologiques. A peine installé, il fait tant de bruit et bouscule tout avec tant de fureur qu'il va s'effacer bientôt lui-même de l'Anthropocène.

    Inventaire poétique de ce qui devrait disparaître avec lui. Choses et concepts, sensations et idéaux sur le point de, ou déjà en chute dans le grand Déversoir. Aujourd'hui, le dodo.

     

    22 poèmes pour une Anthropocène étalée sur 220 années, ou à peu près.

     

     

     

     

     

    Dodoodo disparaît le jour de son innocence

     

    une violente masse d'oubli épouse ses dénégations

     

    dodo désigne l'envers du monde rêvé

     

    avant la création dodo vivait tranquille

     

    il y a un soir pour dodo et la révélation fait son oeuvre avant le matin

     

    dodo disparaît au lever du soleil d'ouest

     

    avant le spectacle et les cris les installations et les bulldoozers et le temps réel

     

    au-dehors les dodos sont en plein dedans

     

    les fantômes dodos cessent de gambader dans les allées irradiées

     

    la journée du dodo s'est déroulée un jour de pluie Météo-France

     

    dodo a seulement disparu du monde des hommes

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :