• D - 12

     

    D comme le Déconfinement qui peine à émerger. Une plus liberté pointillée brouille notre horizon intérieur. Et quelques souvenirs cruels flottent toujours. Le journal poétique en prend acte.

    Forme quatrain, pour quelques temps. Périodicité accordée aux temps et à l'humeur du rédacteur.

     

     

     

    D - 12ne fillette cantonnée sous un masque

    gravure de mode d'un temps saturé

    elle joue et je passe, je sais qu'elle sait

    bulles de savon dans l'espace froissé

     

    mourrir si tôt et vendre à la lune un dernier rictus

    savent-ils l'infinie persévérance de l'invisible

    ceux qui avancent les pieds soudain ailés vers la dernière porte

    la lumière n'est que celle du jour qui pousse ignorant des lendemains

     

    l'homme gris assis juste au bord du trottoir tremble

    son histoire pleure sans répit au-dessus de la casquette retournée

    les conseils d'administration du déconfinement par petit temps

    ignorent les solitudes explosives, ignorent les flammes affamées

     

    au pied du môle la mer envoie des signes désordonnés

    aux cailloux usés j'adresse aussi d'un pas pensif

    mes espoirs millénaires mes désirs-brandons

    dans le jour plein lève le bras pour tout ce qui est encore à sec

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :