• Ça porte un nom, mais lequel ? X

     

    Mettons que je marche à travers les ruines et que je parle, et que je ris parfois...

     

     

     

     

    Ça porte un nom, mais lequel ? X Mettons que je marche à travers les ruines, et que je parle en même temps...uarante-deux coquillages posés sur un plateau, devant moi. Sur un plateau balayé par les vents, comme on dirait les vents rugissants qui sont aussi quarante, et même quarantièmes. Les coquillages aiment l'eau, surtout de mer, et pourtant ils transportent du vent. Dans une oreille curieuse, il le laisse s'en aller à son rythme, plutôt doux, plutôt lent, il ne s'agit pas de casser les oreilles des enfants qui écoutent, même s'ils sont grands,

     

    Non, je n'ai pas oublié que ce vent-là fait un drôle de bruit. Un bruit maritime, même. Comment voulez-vous qu'un coquillage laisse filer un vent qui ferait, je ne sais pas moi, le bruit du vent sur une décharge municipale... ? C'est que mes quarante et quelques coquillages restent fidèles à leur histoire, qu'ils n'ont pas inventé et encore moins volé à quelque autre population plus soumise, plus statique. Je pense aux coraux, qu'on nous sert jusqu'à plus soif en tableaux idylliques, icônes de cette nature que nous n'aurons bientôt même plus le droit d'effleurer du bout des yeux.

     

    Mes quarante-deux coquillages, d'ailleurs, je les regarde morts et, contrairement au Duc de Guise, ils sont plus petits morts que vivants. Ils ont quand même gagné quelque chose, la mélancolie des choses mortes, comme si leur travail de conserver la mémoire de la mer, de penser à toutes ces eaux qui les ont traversés, tous ces parfums qu'ils ont goûté, tous ces vents cachés dans les courants marins, leur faisaient une aura.

     

    Moi, les auras, ça me plaît. J'en vois partout, je crois que tous les vivants en ont une, et même les coquillages morts. Il me faut quand même avouer que le vent me souffle un peu dans la tête. Avec ou sans coquillage.

     

     


  • Commentaires

    1
    pierre Bacchelli
    Mardi 5 Janvier à 10:02

    les quarantièmes hurlant ,et les deux assourdissent le silence !!!!!

      • Mardi 5 Janvier à 12:34

        Je ne saisis pas vraiment la nature de ta réponse, Pierre...Quelque chose branle dans le manche de ce texte ? Ou tu es assourdis par mais quarantièmes ? Tu aurais préféré les hurlants, peut-être ?...

         

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :