• C - 15

     

    C comme confinement. Ce jeu poétique adoptera la structure de la bande de Moebius et finira par le vers intial, mais inversé. Temps imparti, toujours 1/4 d'heure. Pour ceux qui voudraient reprendre à leur compte la contrainte, personne ne les blâmera de dépasser la durée imposée...

     

     

     

    C - 15a nuit ne dort jamais dans un immeuble confiné

     

    s'agitent sans repos des braises infiniment résilientes

     

    à peine nées aussitôt éreintées

     

    le feu imite la vie se consumant d'elle-même

     

     

     

    tournent dans ma tête des lueurs mauvaises

     

    attraper enfin un bout d'avenir

     

    lâcher la montre, lâcher les aigres ressassements

     

    bon dieu, les gardiens du Temps aux bouches fielleuses

     

    remodèlent mon univers à l'heure de leurs montres molles

     

    sommations et anathèmes percent de leurs flèches mon corps reclus

     

     

     

    je me lèverai, les portes j'ouvrirai au 44 magnum

     

    interdit

     

    vous qui prétendez à la garde de mon corps

     

    pour endormir mon esprit

     

    interdit, entendez-vous, interdit

     

    de confiner un immeuble où la nuit ne dort jamais.

     

     

     

     

     

    L'immobilité, une douleur mentale

     

    sur le balcon que la crasse endeuille

     

    trois petits pots espèrent un fleuriste

     

    sous mon regard ils s'emplissent

     

    croissent les fleurs, se fanent bientôt car elles savent renâitre

     

    combien de minutes ce cycle naturel, pas plus de trois me répète la montre

     

    les fleurs confinés croissent à une vitesse singulière en ce siècle simulacre

     

    elles ont à peine pris pétales et couleurs qu'en mon œil elles s'étiolent

     

    vite un miséricordieux cachet, vite un autre regard

     

    j'avance à moins que je ne recule

     

    de trente-trois centimètres parallèles à la rambarde du balcon

     

    au mieux de cent centimètres parallèles à la rambarde du balcon

     

    dans la nuit indifférente à l'injonction d'une douleur mentale

     

    l'immobilité.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :