• Au fond du lac

     

     

    Au fond du lacà-bas, la montagne tolère des milliers de fourmis sur ses flancs

     

    Pyrénées plus sauvages que ne le croient les processions

     

    La lumière y cogne parfois la tête à perdre l'équilibre

     

    L'espace distend la mesure

     

    Le roc sabote le pied

     

     

     

    Méfiez-vous d'un lac au-delà des caillasses ordinaires et de la chaleur tempérée

     

    Là-bas, la beauté perfore les défenses

     

    Le promeneur bredouille dans une langue qu'il croyait oubliée

     

    La rive d'en face est proche du fou, compagne de la nuit qui bien trop tard fondra sur lui

     

     

     

    Agenouillé sur ces roches épuisés de n'avoir pu rouler vers cette eau suspendue

     

    Lumière donne, lumière cogne

     

    Lumière n'irrite pas un instant les nefs de glace planant sur l'azur inversé

     

    Où est la berge du temps, où sourd l'humide liseré de l'immensité, où se cache la clé de mon humanité ?

     

    Désunité d'espace, glacis temps coulant dans la lumière

     

    Œuvre de vérité

     

    Je te respecte autant que je t'admire

     

    Maintenant je reviendrai tête haute vers ta lumière

     

     

     

    Ne croyez pas qu'il n'est pas de prix à payer pour voir

     

    Vous plongerez les yeux au fond du lac

     

    Comme moi, jamais vous ne remonterez intact.

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 2 Août 2016 à 11:22

    Merci pour le partage!

    2
    Alabergerie
    Mardi 25 Avril à 10:41

    Bravo :) Bravo

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :