• A ma seconde mère (1914-1998)

     

     

    A ma seconde mère - 1914-1998)ever les yeux au ciel n'ouvrait que sur du gris

    Le devoir de fouler un cimetière ne m'était pas inconnu

    Là je suis allé, mes pas ne voulaient rien d'autre

    Elle était gravée en marbre au fronton

    Un bouquet achevait de pourrir sur la dalle noire

     

     

    J'ai baisé son visage éternellement juvénile

    Avant de poser mon sac de larmes sur la dalle

    Le ciel ne bougeait pas, la terre ne me disait rien

    O ma mère, tout l'amour que tu m'as donné

    Il s'en est allé, je n'ai plus de réserves, tu sais

     

    J'ai salué la vie qu'il me reste à accomplir

    Mesuré tout l'amour qu'il me faudra trouver

    Et celui qu'il me reste à donner

    Frotté la dalle et son visage de marbre

    Le couchant venait, il était tout rouge et très beau.


  • Commentaires

    1
    Écume blanche
    Vendredi 23 Novembre à 17:46

    C'est très beau.

     

    2
    Vendredi 23 Novembre à 19:55

    Merci...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :