• Les quotidiens et les mags, la télé et le Net se gavent de sondages. Lesquels frôlent dans leurs méthodes la correctionnelle, quand ils ne la franchissent pas, comme IPSOS dernièrement. On pourrait croire que tout ça n'est qu'écume quotidienne, que ces haut-parleurs d'une opinion fantasmée de conservateurs très aisés ne fait pas une politique, un projet, une loi...Et pourtant.

     

     

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Toujours dans cet espèce de cycle écolo nostalgique...

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Comment tout peut s'effondrer a suscité des réactions qui ont permis à Servigne de préciser son propos. Quelle autre solution que le volontarisme face à l'inertie et au déni ? Lequel volontarisme risque de ne pas suffire face à certains scénarios d'effondrement....

     

     

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • La COP21 et sa ritournelle, le réchauffement climatique, n'ont été qu'une agitation vaine, tout à fait insuffisante face à ce qui va se produire, est en train de se produire, une ou des catastrophes majeures, au niveau planétaire. Lesquelles pourraient entrainer l'effondrement de notre civilisation. Le propos est argumenté (très) et situe l'impact autour de 2050.
    Juste un petit problème. Nous glissons déjà, de plus en plus vite, vers le désastre.

     

     

    Lire la suite...


    1 commentaire
  •  

     

    Envers et contrels chanteront en chœur mon devoir

    A défaut de s'en imposer à eux-mêmes

    Ils diront l'alpha et l’oméga

    Comme si mon avenir devait être écrit pour eux

    Ils salueront mon silence

    Pour dévotion à leurs universels fracas

     

    Je ne suis rien, ou pas grand-chose

    Juste de complices sourires à échanger

    J'espère contre raison, j'aime contre le temps

    Je tends la main entre barreaux et gardiens

     

    Bien sûr, ils me glisseront ces fables si bonnes à avaler

    Bien sûr, ils m'éblouiront de mille paillettes du matin au soir

    Bien sûr, ils m'assourdiront d'imaginaires méfaits

     

    Dans mes baisers les plus ardents, glisseront-ils, en outre, le désenchantement ?

    Délimiteront-ils ma folie dernière de synthétiques murailles et d'implacables silences ?

    Réformeront-ils l'écho même de mes rêves ?

    Nommeront-ils mémorial l'oubli de moi-même ?

     

    Je ne suis rien, ou pas grand-chose

    Qui danse sous les étoiles

    Je me regarde dans tes yeux, comme tu t'observes dans les miens

    Le temps n'est pas encore venu qui ne saluerait plus

    Ma fragile et renouvelée surprise d'être un homme

    Envers, et contre.

     

     

     

     


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires